Readers' Submissions

Comment est-ce arrivé ?



Les yeux de Randy étaient ouverts et il fixait la lampe fluorescente au plafond. Quand changent-elles se demandait-il ? Est-ce que ça arrive tout d’un coup où y a-t-il des signes avant-coureurs ? Et si elles étaient comme ça depuis le début et que vous ne vous en rendiez pas compte ? Y a-t-il un moyen de savoir ? Probablement – comme la première fois où elles ont ce regard fou après quelques Sang-Soms(1) ou quand elles disent ‘non, tu ne peux y aller sans moi.’

Il avait cinquante ans et cette petite jeune femme Thaïlandaise lui disait ce qu’il pouvait faire ou pas, comme c’était étrange, pensa t’il ; mais il n’y avait pas trop prêté attention les premières fois où cela était arrivé.

Peut-être que ce fut quelques semaines après qu’elle ait emménagé, quand ils mangèrent à ce petit restaurant sur la plage de Rawai. C’était une nuit magnifique, le soleil venait juste de se coucher et le ciel était violet et orange. Randy était amoureux de sa nouvelle copine et il se sentait en paix avec le monde entier.

‘Je t’ai vu regarder la fille’ s’exclama Noi.

‘Quelle fille ?’ demanda Randy.

Enragée, Noi balaya de la main les assiettes de la table. Randy regarda d’un air hébété ses nouilles se répandre sur la natte en joncs pendant qu’elle partait en martelant des pieds.

Il était perplexe et plus tard dans la soirée il demanda à Noi ce qu’il lui avait pris, pourquoi elle s’était comportée comme ça. Il savait qu’elle l’aimait beaucoup mais elle était un peu jeune et immature aussi ; ça il le savait aussi.

‘Je suis ta copine. Tu as regardé cette fille.’ Son visage s’assombrit comme si un nuage passait au dessus d’elle.

‘Quelle fille ?’ demanda Randy en souriant. Il y avait à peine quelques mois il trouvait encore ça charmant qu’elle soit jalouse. Il savait maintenant que la possessivité des Thaïlandaises n’était pas un sujet de plaisanteries.

Noi se versa un autre Sang-Som soda. ‘La fille de la table voisine, tu l’as regardée’ se renfrogna Noi.

Il lui était difficile de dire s’il y avait une fille assise près d’eux ou pas. L’avait-il vraiment regardée ? De toute façon ça n’avait plus d’importance maintenant.

Il avait fait un tour du monde avec sa petite amie Américaine. Ils avaient été dans de nombreux pays dont le Vietnam, le Népal et l’Inde. Ils n’avaient jamais visité la Thaïlande et ils avaient prévu d’y rester quelques mois. Ils étaient loin de la maison depuis à peu près un an et sa copine voulait prendre l’avion pour y retourner quelques semaines et visiter sa famille.

Au bout d’à peine deux semaines Randy l’appela et lui donna la mauvaise nouvelle. Il avait besoin de temps pour lui et elle ne devait pas revenir. Il se sentit nul surtout par ce qu’il n’avait pas donné la vraie raison. Il avait rencontré quelqu’un d’autre.

Bon sang. Pourquoi devait-elle rentrer au pays et me laisser seul en Thaïlande, surtout en Thaïlande ? Elle aurait du me laisser en Inde. Tout se serait bien passé alors.

Il pouvait entendre Noi téléphoner avec son portable ; sa voix lui sembla étrangement lointaine. La pièce tourna doucement. Randy cligna des yeux et essaya de se concentrer. Elle était si belle, elle avait seulement vingt-deux ans quand ils s’étaient rencontrés. Il prenait un verre tard dans la nuit au Thermae, à Bangkok.

Elle lui dit qu’elle travaillait comme serveuse mais qu’elle venait juste de perdre son travail par ce qu’elle avait protesté quand un client lui avait mis une main aux fesses. Elle avait erré et s’était retrouvée au Thermae par hasard, c’est tout juste si elle connaissait Sukhumvit. Randy lui paya un verre et la ramena à son hôtel. Elle apparaissait à des moments inattendus, quand il sortait, et une fois elle entra dans sa chambre et se cacha dans le placard. Dieu merci il n’avait pas ramené de fille ce soir là. Peut-être qu’il aurait mieux valu, il aurait réalisé….

Il ne s’était pas rendu compte à cette époque qu’elle le filait. Pourquoi l’aurait-elle fait alors que les filles dans son pays le remarquaient à peine. Il n’y pensait que maintenant en voyant les choses sous une autre perspective. Si seulement je pouvais remonter dans le temps – juste d’une année – je verrais les choses différemment. Si seulement j’avais su. J’aurais du écouté Frank. Il m’avait bien dit de ne pas m’engager si vite.

Frank avait tout essayé sauf le gifler et il n’avait rien compris. ‘Écoute, tu y crois à ces conneries – "j’ai perdu mon honnête travail de serveuse" ? Tu l’as rencontré au Thermae, espèce d’idiot. Pour quoi crois tu qu’elle y soit allée, pour une glace et un Big Mac ?

Les Thaïlandaises y racolent les « farangs » – pour de la fraîche, et tant pis pour le jeu de mot, mais la température de leur cœur l’est aussi, fraîche.

Randy pouvait sentir que sa chemise était à présent trempée. ‘Je t’aime. La fille qui était à l’arrière de ma Honda, c’est la fille qui travaille à l’épicerie. Je la ramenais juste à la maison. Jamais je ne serais sorti avec une autre fille. Tu as appelé n’est-ce-pas ?’

‘Comment ça est-ce que j’ai appelé ?’ Noi s’assit sur le sol près de lui et alluma une cigarette.

Randy toucha sa poitrine. Il retira sa main, elle était gluante et humide. ‘Ne t’inquiète pas, c’était un accident. Je ne te ferai pas d’histoires’.

‘Ce n’est pas un accident et je ne suis pas inquiète’ Noi se releva et ouvrir son sac à main.

‘Où vas-tu ? L’ambulance devrait arriver d’ici quelques minutes maintenant.’

‘Pourquoi tu dis n’importe quoi ?’ Noi sortit une petite boîte plate et rose.

‘L’ambulance. Tu as bien appelé une ambulance n’est-ce-pas ?’ Randy pouvait imaginer le visage de Noi se déformer en une grimace qui était de plus en plus menaçante. Noi ouvrit son poudrier et vérifia son maquillage dans le petit miroir.

‘J’ai appelé ma copine. On va en boîte.’

‘Appelle une ambulance. Je vais mourir si tu ne le fais pas. Je t’ai acheté la maison en Isaan comme tu le voulais. Tu disais que tu m’aimais.’

‘La prochaine fois tu n’iras pas avec une fille.’ Noi écrasa alors soigneusement sa cigarette dans le cendrier.

Randy essaya de se lever mais il ne pouvait pas. Il peina pour relever la tête. Tout devenait flou. Il entendit les talons hauts de Noi faire des petits bruits secs sur le sol puis la porte se refermer en claquant derrière elle.

Titre original : How Does It Happen? Traduit de l’anglais pas MAGD

(1) Le Sang Som (ou Sang-thip) est un rhum thaïlandais (40 % vol)

Ce qu’en pense Stickman :

Si vraisemblable que ça en est effrayant !