Readers' Submissions

Déménager, une expérience

  • Written by Union Hill
  • April 21st, 2007
  • 7 min read


Black Pagoda Patpong Bangkok

Enfin, après un an et demi la maison était finie et nous étions prêts à emménager. Construire une maison de A à Z est, en Thaïlande, une véritable épreuve auquel je vous recommande de ne pas vous attaquer. Ma femme a géré la plupart des intervenants et je dois dire que sans son influence stabilisatrice je n’aurais pas tenu la distance.

Toutefois ce récit n’évoque que le jour où nous avons effectivement emménagé.

Au regard de mon expérience, les Thaïs ont une manière remarquable pour rendre des tâches simples incroyablement compliquées mais, résidant en Thaïlande depuis quelques années, j’ai appris à ne pas en faire cas. Si vous pouvez vous adaptez et si vous n’êtes pas un accro du boulot venant de New York, vivre en Thaïlande peut être assez spécial. Le truc c’est de vous éclater quoique vous fassiez. Pas de stress ici.

Mais attendez, quelqu’un vous a déjà t-il parlé des proches qui viennent vous ‘aidez’, des moines qui viennent pour bénir les lieux et du fait que les meubles anciens ou usagés ne doivent pas franchir le pas de la porte avant que les nouveaux soient arrivés ? Non ?

Eh bien, laissez moi continuer…

Donc, ma femme était stationnée à notre nouvelle demeure pendant que je finissais d’emballer ce qu’il restait de nos biens à l’appartement. Tout le long de la journée il était prévu que différents fournisseurs livrent le nouveau mobilier. Un nouveau canapé avec fauteuils, de nouvelles chambres à coucher, une nouvelle cuisine et ainsi de suite. La plupart de notre ‘vieux’ mobilier était déjà en route.

Une fois l’appartement vidé et les clés rendues, je sautai dans le camion de déménagement avec le restant de nos biens et je me dirigeai vers la nouvelle maison.

Arrivant peu après, je fus assez surpris de voir que la plupart de nos possessions étaient empilés soigneusement sur la pelouse de devant alors que la maison restait complètement vide. Il y avait des déménageurs assis autour, certains fumant, d’autres dormant mais aucun ne faisait un travail de déménagement. Je m’en inquiétai auprès de ma femme.

C’est l’un de ces exemples où si ‘vous n’êtes pas Thaï vous ne comprendrez jamais.’

Et je ne suis pas Thaï.

Apparemment le vieux mobilier ne pas être rentré à l’intérieur de la maison avant que le nouveau soit arrivé. Vous ne pouvez rien y faire. Je décidai que ça ne valait simplement pas la peine de contester.

Au bout d’un certain temps le premier des camions de livraison apportant le nouveau mobilier arrive. Il doit attendre par ce qu’il a apparemment un ordre de la hiérarchie sur ce qui doit être installé à l’intérieur en premier. Je soupire par ce que je voudrais qu’on s’y mette. Tout le monde me regarde comme si j’étais fou et avec cet air disant ‘les « farangs » ne comprennent jamais rien.’

Tous les porteurs et les livreurs comprennent ce rituel entièrement et ils continuent à fumer et à somnoler.

On continue…. à ne rien faire.

Ensuite, le cousin Paiboon se pointe avec son pick-up, Baa son épouse, Mamie et ses trois fils. ‘Des bras supplémentaires’, je me dis alors que ‘maintenant tout va être arrangé en moins de deux’ !! (Juste une petite pointe d’humour britannique ici).

Mamie veut savoir où est le déjeuner et elle me regarde d’un sale œil pour ne pas être mieux organisé.

Un autre camion arrive et celui-ci transporte quelque chose qui a suffisamment d’importance pour être autorisé à rentrer. Je n’arrive pas à me rappeler quelle est la priorité de chaque meuble. Je dois vraiment essayer de me rappeler ces choses !!

Petit à petit les meubles sont amenés à l’intérieur et positionnés conformément aux instructions données par mon épouse et globalement ça progresse. J’aime particulièrement la façon dont la salle à manger s’agence et je suis très content des nouveaux meubles.

Paiboon et Baa aident à l’installation de la cuisine temporaire au fond du jardin (bien que la maison soit finie la cuisine nécessite encore quelques travaux). Mamie continue à se plaindre au sujet du repas qui n’est pas prêt et les garçons veulent savoir quand la télé pourra être branchée pour qu’ils puissent regarder les dessins animés.

Des meubles neufs supplémentaires arrivent et les choses commencent à prendre forme. Les chambres à coucher commencent à se remplir et le salon s’organise. Finalement les garçons ont où s’asseoir et regardent la télé. Ai-je mentionné qu’il y a deux jumeaux de seize ans et que leur frère ainé a dix-huit ans. Tout trois, ni bons à chanter ou à porter la croix !

Jum, la sœur de ma femme, et son mari Pi Toon sont les arrivants suivants et rejoignent Paoboon et Baa au fond du jardin. J’ai toujours trouvé étonnant de voir tout ce que les gens de l’Isaan peuvent cuisiner avec seulement un pot en terre cuite et un réchaud à gaz Calor.

Tout a été rentré maintenant, mais c’est encore en désordre, et les déménageurs sont tous partis.

Pendant la journée les proches ont peu contribué à la manutention mais au moins le repas est maintenant prêt. Je regarde la salle à manger, elle est vraiment bien.

Paoboon et Pi Toon me rejoignent dans la salle à manger et me demandent si c’est là que nous allons manger. Je réponds ‘oui’ et sans un mot ils poussent ma table de salon flambant neuve et les chaises dans un coin pour qu’ils puissent étaler parterre les nattes où nous allons nous empiffrer.

Oh bonne nouvelle, les moines sont là maintenant, juste à l’heure du diner !

Puis, il y a une espèce de cérémonie religieuse que je ne comprends pas entièrement mais qui est grossièrement une bénédiction de la propriété, rendant grâce à Bouddha pour nous avoir octroyé une si belle maison (sacré vieux Bouddha) et pour écarter les mauvais esprits. Cette dernière partie n’a pas semblé bien marcher sur Mamie mais peut-être est-ce que par ce que je suis un incroyant.

Et pour finir les moines font une procession autour de la maison, tout le monde s’agrippant à une longue pièce de coton et portant un objet de la maison, un coussin ou n’importe quoi d’autre. De graves chants rituels sont aussi à l’ordre du jour.

Enfin tout le monde se tire à environ vingt-trois heures me laissant moi et ma femme enfoncés jusqu’au aisselles dans les cartons de déménagement et la vaisselle. Nous déballerons demain.

Titre original : A moving experience. Traduit de l’anglais pas MAGD

Ce qu’en pense Stickman :

Très belle histoire !