Readers' Submissions

Montrez leur d’abord qui commande

  • Written by Marc Holt
  • June 1st, 2007
  • 6 min read

Je vis en Thaïlande depuis plus de vingt-cinq ans. Je suis venu ici pour une semaine de vacances et je ne suis jamais reparti. Ce sont les plus longues vacances que je n’ai jamais eu !

Après avoir lu de nombreux récits d’hommes qui ont eu différentes liaisons avec des femmes Thaïlandaises, je fus frappé par une constatation tout à fait évidente. Aucun d’entre eux n’avait jamais défini leur relation avec ces femmes, et aucun d’eux ne leur avait jamais dit où étaient les limites à ne pas dépasser, et spécialement celles de la jalousie. La jalousie semble être la raison la plus courante pour laquelle les unions échouent.

Au fil des ans j’ai eu mon lot de femmes Thaïlandaises et j’en ai même épousé deux. Mais après mon premier mariage j’ai eu la malchance de me lier avec une entraîneuse de Soi Cowboy. Nom d’un petit bonhomme ! Comme elle savait y faire pour obtenir ce qu’elle voulait. C’était une vraie pro. Quand elle était d’humeur câline elle était un véritable amour. Ces moments ne duraient généralement pas longtemps et alors c’était le tour du démon de se manifester. Après avoir vécu presque six ans en enfer et au paradis, j’en ai eu assez. Nous nous séparâmes après qu’elle soit retournée dans sa ville natale en me disant qu’elle allait y construire une maison pour nous deux.

Comment allait-elle se la payer ? Pas avec mon argent !

Elle était mariée avec un autre « farang » qui venait en Thaïlande tout les deux mois pour un séjour de 2 ou 3 semaines. Elle utiliserait son argent. Vous commencez à comprendre pourquoi c’était l’enfer. Nous nous sommes beaucoup disputés par ce qu’elle avait fait le projet de retourner vivre auprès de lui, aussi quand elle partit en me disant qu’elle ne reviendrait pas avant un moment je pris la décision de commencer à regarder ailleurs. Seulement cette fois j’évitais les filles de bar.

Quand, après une absence de 12 mois, elle m’appela un jour pour me dire qu’elle allait revenir vivre avec moi, elle fut stupéfaite quand je lui dis que ce n’était pas la peine.

À ce moment là j’avais déjà rencontré celle qui allait devenir mon épouse. J’avais perdu tout intérêt dans Mademoiselle l’Entraîneuse.

Je venais juste de faire la connaissance de ma nouvelle copine quand j’ai reçu cet appel. Cependant je savais déjà qu’en aucune façon je ne reviendrai en arrière.

Bien que ma future fut une fille ‘bien comme il faut’ et qu’elle ne voulut pas coucher avec moi pendant les tout premiers mois, elle n’était pas immunisée comme cette jalousie maladive qui semble affecter tant de femmes Thaïlandaises. La première fois que cela arriva, nous étions ensemble depuis un mois. Elle m’appela sur mon portable pour me demander pourquoi j’étais en train de marcher aux alentours du Robinson de Sukhumvit avec une autre fille à mon bras.

Perplexe je lui dis que j’étais à la maison et que ça ne pouvait pas être moi, par ce que j’étais resté chez moi à Nonthaburi toute la journée, à des kilomètres de la route Sukhumvit.

Nenni, c’était bien moi. Une de ses copines qui travaille au rayon des cosmétiques m’avait vu, me dit-elle.

‘D’accord’ dis-je, ‘je vais te le prouver. Raccroche maintenant et appelle moi sur le téléphone fixe à la maison.’

Elle le fit et quand je décrochai elle se confondit en excuses. Mais quand j’allai la chercher ce soir là j’avais déjà décidé qu’il était temps de définir les limites de notre relation pour qu’elle survive.

Je la fis s’asseoir et je lui dis que si elle m’accusait encore une fois de sortir avec une autre femme quand j’étais éloigné d’elle ça serait la fin immédiate de notre liaison. Si elle m’aimait vraiment, lui dis-je, elle devait me faire confiance. Bien sûr, se sentant déjà coupable elle acquiesça facilement.

Étant une femme Thaïlandaise, elle devait vérifier si j’étais sérieux. Quelques semaines plus tard, après mon retour d’un voyage d’affaire dans le Sud, elle me demanda sournoisement si j’avais couché avec une autre femme. Sans un mot je me dirigeai vers la porte, l’ouvris et lui demandai de partir.

Sa mâchoire en tomba et elle me demanda si j’étais sérieux. ‘Bien sûr que je le suis. Je t’ai déjà dit que je ne tolérerai pas d’être accuser de te tromper sans aucun fondements. Alors, à la porte’.

‘Je ne recommencerai pas. Je te le promets. S’il te plait, laisse-moi rester’.

À partir de ce jour nos rapports ont été définis. Elle sut que j’étais sérieux et elle ne m’accusa plus jamais de coucher avec une autre femme. Ça m’a permis de prendre le contrôle de la relation et nous n’avons jamais eu de problème depuis. Par la suite nous nous sommes mariés et nous formons un couple uni qui dure depuis sept ans. Nous avons deux magnifiques filles et nous sommes très heureux ensemble. Mais si je n’avais pas dicté ma loi au début de notre liaison je doute que nous en serions là aujourd’hui.

Aussi, si vous envisagez une relation sérieuse avec une Thaïlandaise, assurez vous dès le début de définir les règles du jeu, et assurez vous qu’elle sache qui commande. Si vous ne le faites pas, vous finirez par raconter sur ce site une autre histoire de séparation à faire pleurer dans les chaumières.

Titre original : Show them who is boss first. Traduit de l’anglais pas MAGD

Ce qu’en pense Stickman :

Des conseils simples mais essentiels